9 étapes pour un espace de travail au top !

L’enquête européenne ACTINEO/CSA soulignait en 2014 que pour 81% des salariés français l’espace de travail a un impact sur la santé, pour 89 % il a un impact sur l’efficacité et pour 92 % sur le bien-être ! Cette même enquête montre que l’élément le plus important au travail pour 45% des salariés français est la qualité de vie au travail devant le niveau de rémunération (41%) !

Je me souviens de la disposition des espaces de mon école maternelle, de chacun des plans des 11 appartements ou maisons dans lesquels j’ai vécu. Je me projette facilement dans des lieux de vies. Mais curieusement je ne me suis jamais complétement approprié un lieu de travail.

Mon expérience en gestion de projet, management Lean et mon diplôme en conduite de travaux et performance énergétique des bâtiments m’amènent aujourd’hui à vous proposer de travailler avec vous à l’organisation de votre espace de travail en 9 points.

Avant de commencer rappelons que chaque situation est unique et que les salariés doivent être impliqués puisque c’est eux les clients de ce futur espace de travail.

1-    Utiliser une VSM et un diagramme Spaghetti

La Value Stream Mapping est un outil de Lean Management qui va permettre de décrire un processus de travail selon 3 points de vue : l’enchainement des tâches, le flux des matières et le flux des informations. Cet outil va permettre d’optimiser le processus de travail.

Le diagramme Spaghetti complétera la VSM par une vue 2D de l’espace de travail est une formalisation de l’organisation des flux en différentes couleurs. L’idée est que cette modélisation de nos flux dans l’espace s’éloigne du plat de spaghetti.

Ces deux outils ne nécessitent que du papier, des post-it, des feutres de couleur, une salle de travail et les compétences des salariés.

Si cela est possible nous pouvons également nous rendre dans un Fab Lab pour réaliser un maquettage. Le Fabrication Laboratory est un lieu tiers permettant la fabrication d’objets notamment grâce à des machines à commande numérique, imprimantes 3D.

2-    Connaître et prendre en compte la réglementation

« Vos locaux de travail doivent être aménagés de façon à garantir votre santé et sécurité. Ils doivent être tenus dans un état constant de propreté, présenter les conditions d’hygiène et de salubrité nécessaires et être dégagés de tout encombrement. » Extrait du site https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2210

3-    Faire appel à des spécialistes pour prendre conscience des spécificités de son métier et être aidé

Anact, Ergonome, Médecin du travail , OPPBTP, …

https://travail-emploi.gouv.fr/sante-au-travail/les-acteurs-et-interlocuteurs-de-la-sante-au-travail/autres-interlocuteurs/article/les-organismes-de-la-prevention-en-france

4-    Étudier chaque poste de travail pour le concevoir de façon optimum

Le client du poste de travail étant le salarié nous pouvons utiliser un formalisme persona pour comprendre ce qui doit être pris en compte.

  • Les besoins (éclairage, silence, matériel, température, etc…)
  • La journée type permettra de mesurer la répétabilité des gestes, l’articulation des temps de travail et de pose, etc…
  • Les difficultés ressenties
  • Les risques (bruit, trouble musculosquelettique, coupures, chutes, respiratoires, etc…). On peut s’aider d’une méthode 5M (Matériel, Matière, Milieu, Méthode, Main d’œuvre)
  • La dépendance ou l’interaction avec un autre poste de travail

5-    Penser l’articulation des espaces

Le choix de votre lieu de travail doit tenir compte de son accès, et son insertion paysagère.

Le lieu de travail est composé de poste de travail individuel personnel ou partagés, de bureaux individuels , d’open-spaces, de lieu de réunion fermés, d’espaces de management visuel d’une salle de pose, de restauration, de détente, de sport, etc…

Quels sont ceux dont nous avons besoins ? Comment les articuler entre eux ?

6-    Choisir des machines, du matériel, des meubles, matériaux en cas de travaux

Ce choix se fait naturellement en fonction de la fonctionnalité attendue, de l’efficacité mais doit aussi tenir compte de la sécurité des personnes, de leur santé et de leur bien-être.

En vue d’un développement durable il est également souhaitable de s’engager à réduire l’impact environnemental de notre démarche.

7-    Choisir les couleurs

« Travailler dans un environnement sans couleur c’est 10% de créativité en moins et 15 de risque de burn-out en plus ! » . https://www.youtube.com/watch?v=Nxpl7judCwY. Je vous invite à regarder ce TEDx sur le pouvoir des couleurs présenté par Jean-Gabriel Causse.

Les couleurs pourront également être utilisées pour la matérialisation d’espace où la vigilance doit être accrue.

8-    Mettre en place une démarche 5S

La méthode permet d’optimiser les conditions et le temps de travail par le rangement et l’organisation de l’espace de travail.

5S signifie Seiri : débarrasser, Seiton : mettre de l’ordre, Seiso : nettoyer, Seiketsu : maintenir la propreté, Shitsuke : être rigoureux, encourager. En français on pourrait utiliser le mot ORDRE : Ordonner, Ranger, Dépoussiérer, Rendre évident, Être rigoureux

9-    Mettre en place un espace d’amélioration continue

Afin d’assurer la durabilité de cet espace de travail mais aussi de l’améliorer en fonction de l’évolution des processus de travail, etc … mettons en place un espace de management visuel !

Prenez contact avec moi pour agir concrètement !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un Site WordPress.com.
%d blogueurs aiment cette page :